Les microbes attaquent !

Les microbes attaquent !

Les microbes attaquent !

Voir toutes les images (1)

Du rififi au Blanc-Mesnil

Le 1er mai 1952, tôt le matin, des porteurs d’affiches, tous militants communistes, sont placés en garde à vue dans le commissariat de la commune pour identification. Alerté, le maire y débarque vivement pour exiger la libération de ses militants. N’ayant pas obtenu satisfaction car il faut attendre l’accord du commissaire de police, il repart en « gesticulant et criant qu’il allait ameuter la population[1] » mais il y revient aussitôt pour récupérer les affiches et le matériel. Un exemplaire est envoyé à temps au sous-préfet de Pontoise avec les rapports circonstanciés.

Sitôt récupérées, les affiches sont rapidement collées sur les murs pour être immédiatement lacérées par les policiers municipaux sur ordre du commissaire, car jugées séditieuses. Furieux, le maire se déplace avec ses adjoints pour les insulter, acte qui lui vaudra une condamnation par le tribunal correctionnel de Pontoise, pour outrage aux agents de la force publique.

Le sous-préfet de Pontoise aux aguets

A cette époque, la ville du Blanc-Mesnil fait partie de l’arrondissement de Pontoise, au sein du département de la Seine-et-Oise, avant d’être intégrée dans la Seine-Saint-Denis en 1968. De ce fait, des communes comme Sevran, Aulnay-sous-Bois, Tremblay-en-France, Livry-Gargan, Villepinte, etc. relèvent de la compétence du sous-préfet de Pontoise, sous l’autorité du préfet à Versailles. Les dossiers de son cabinet sont conservés à la Direction des Archives départementales du Val-d’Oise. Malgré les lacunes, ils apportent d’intéressantes informations sur le contexte politique et social des années 1930-1960.

Parmi ses missions, le sous-préfet doit contrôler les organisations politiques d’opposition, dont le Rassemblement du Peuple français du général de Gaulle ou le Parti communiste français de Maurice Thorez. Celui-ci, après la clandestinité de la guerre, devient incontournable à la Libération de 1944 et acquiert une grande influence dans les banlieues ouvrières de Paris, dont le Blanc-Mesnil. Du fait de la Guerre froide opposant le bloc occidental, dirigé par les Etats-Unis, et le bloc soviétique, incluant l’Europe de l’Est, la Chine et la Corée du nord, le parti est particulièrement surveillé en raison de ses activités antigouvernementales.

« L’ignoble guerre microbienne [2]»

Au début des années 1950, la tension atteint son paroxysme à cause des guerres en Extrême-Orient. Toutefois, en Corée, les combats acharnés se calment peu à peu pour aboutir à l’armistice du 27 juillet 1953, encore en vigueur aujourd’hui. Succédant à une menace atomique contre la Chine, désavouée par le président des Etats-Unis Harry Truman, une rumeur circule dans le monde communiste comme chez les sympathisants, accusant les Américains de provoquer une guerre bactériologique. Cette crainte déclenche aussitôt d’intensifs nettoyages dans les villes, villages et campagnes de la Chine de Mao. Les communistes français organisent de leur côté une action anti-américaine, au moyen d’une affiche montrant un avion à l’étoile blanche larguer une vague d’inquiétantes créatures. Illustration – anxiogène diront certains – digne d’une affiche de cinéma de science-fiction des années 1950 !

Reflet de la communication de masse d’aujourd’hui, ce style démontre qu’une image et un slogan sont plus percutants qu’un long texte collé sur un mur.

 

Patrick Lapalu, service des Archives anciennes, modernes et privées
Direction des Archives départementales du Val-d'Oise
Novembre 2019

 

[1] Rapport d’un gardien de la paix du commissariat du Blanc-Mesnil, 2 mai 1952 (cote 1 Z 229).

[2] « Résolution » du Parti communiste du Blanc-Mesnil, 21 mai 1952 (Ibid).

 

Bibliographie

 

Archives départementales de Seine-Saint-Denis. - 1886W, sous-préfecture de Pontoise : dossiers d'administration communale pour les cantons d'Aulnay-sous-Bois et du Raincy (1830-1962). Bobigny, Conseil général de Seine-Saint-Denis, 1997, 38 p. [Cote : INV 93 W]

Archives départementales du Val-d’Oise, cabinet du sous-préfet de Pontoise. – Renseignements politiques sur les cantons, canton d’Aulnay-sous-Bois, commune du Blanc-Mesnil (1947-1964) [1 Z 229].

DUROSELLE, Jean-Baptiste, Le monde déchiré 1945-1970. Paris : l’Imprimerie nationale, 1970, 2 tomes. [BIB 8/2076/1 et 2]

FOURCAUT, Annie, Banlieue rouge, 1920-1960 : années Thorez, années Gabin, archétype du populaire, banc d’essai des modernités. Paris : éd. Autrement, 1992, 293 p. bibliog., cartes, index des communes citées. [BIB 8/3215] 

« Le temps de la Guerre froide, du rideau de fer à l’effondrement du communisme », L’Histoire. n° 151, 1992. [BIB REV 117/151/1992]