Actualités Offre culturelle Jeux En coulisses En salle de lecture Vivre entre le front et Paris : la Grande Guerre dans l'actuel Val-d'Oise Espace étudiants Ressources en ligne Connaître ma commune Boîte à outils Demandes de documents administratifs (payantes) Inventaire du patrimoine Au fil des fonds Mon classeur Je travaille en commune Je suis un notaire Je suis une administration Je suis un particulier, une association, une entreprise Informations générales Ateliers pédagogiques Pistes de recherche locale Concours national de la Résistance et de la Déportation Résidence artistique, concours, festival Formations

Une source iconographique sur l'Ile-de-France et la Picardie : le plan de la forêt de Thelle vers 1541

Un plan du XVIe siècle exceptionnel prêté aux Archives nationales

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. - <p class="description">1541, ADVO, 10 J 1500 003.
 Si la représentation de la forêt de Thelle est orientée selon nos conventions actuelles (nord en haut de la carte), les vues des villes sont toujours représentées avec le fleuve et la rivière au premier plan. Cela mène le lecteur contemporain de la carte voir Vernon sur la rive droite de la Seine et Amiens sur la rive droite de la Somme. Le dessinateur voit les villes de l’autre côté de la rive : du nord au sud pour Amiens et Vernon, et de l’est à l’ouest pour Beauvais. S’il se place au sud de la Seine pour Paris, sa vision décrit un angle de 180° qui lui permet de voir la porte Saint-Honoré à sa gauche et la Bastille à sa droite. Dans l’île de la Cité, il place les monuments de profils pour mieux les décrire : c’est le cas de Notre-Dame et de l’Hôtel-Dieu.</p>

1541, ADVO, 10 J 1500 003. Si la représentation de la forêt de Thelle est orientée selon nos conventions actuelles (nord en haut de la carte), les vues des villes sont toujours représentées avec le fleuve et la rivière au premier plan. Cela mène le lecteur contemporain de la carte voir Vernon sur la rive droite de la Seine et Amiens sur la rive droite de la Somme. Le dessinateur voit les villes de l’autre côté de la rive : du nord au sud pour Amiens et Vernon, et de l’est à l’ouest pour Beauvais. S’il se place au sud de la Seine pour Paris, sa vision décrit un angle de 180° qui lui permet de voir la porte Saint-Honoré à sa gauche et la Bastille à sa droite. Dans l’île de la Cité, il place les monuments de profils pour mieux les décrire : c’est le cas de Notre-Dame et de l’Hôtel-Dieu.

A l'occasion du prêt du Plan de la forêt de Thelle aux Archives nationales pour leur exposition temporaire Quand les artistes dessinaient les cartes : vues et figures de l'espace français, Moyen Age et Renaissance (25 septembre 2019 - 7 janvier 2020), nous publions un article de Nicole Leroy, directrice des Archives départementales du Val-d'Oise de 1967 à 1998, aujourd'hui décédée. Cet article paru en 1998 dans le catalogue de l'exposition Aspects méconnus de la Renaissance en Ile-de-France qui s'était tenue au Musée archéologique du Val-d'Oise. Seuls des titres de paragraphes ont été ajoutés.

Une conférence sera donnée aux Archives départementales du Val-d'Oise le mercredi 20 novembre après-midi par Rapahële Skupien (Laboratoire TrAme - E. A. 4284 - Université de Picardie) apportant des connaissances nouvelles sur ce document.


Un plan sur parchemin du XVIe siècle

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 1500 003.
la Croix ferrée : borne de la Gruerie (juridiction forestière) et point de repérage sur le chemin qui, du village de la Laude-en-Son, passe par la forêt vers le Coudray-Saint-Germain. Comme toute les croix de chemin, elle a un sens symbolique protecteur.
</p>

1541, ADVO, 1500 003. la Croix ferrée : borne de la Gruerie (juridiction forestière) et point de repérage sur le chemin qui, du village de la Laude-en-Son, passe par la forêt vers le Coudray-Saint-Germain. Comme toute les croix de chemin, elle a un sens symbolique protecteur.

Dans le chartrier de La Roche-Guyon, actuellement en cours de classement et d'inventaire aux Archives départementales du Val-d'Oise [classement aujourd'hui terminé : cote 10 J], un document du XVIe siècle semble être resté jusqu'à présent inexploité. Il s'agit d'un plan de la forêt de Thelle d'une grande richesse iconographique, que l'on peut dater, en fonction des documents qui l'accompagnent, de l'année 1540 ou 1541. En-dehors des informations très précises qu'il fournit sur la forêt, le dessinateur a représenté en vue cavalière les principales villes d'Ile-de-France et de Picardie, de la vallée de la Seine à celle de la Somme.

Il est établi sur une feuille de parchemin centrale de 73x65 cm entourée de bandes latérales collées et mesure au total 105x96 cm. Le plan de la forêt domaniale est tracé à la plume sur un quadrillage à la mise de plomb. Tout autour, des villes du domaine royal sont représentées en vue cavalière et définissent son orientation nord-sud, est-ouest. Le dessin à l'encre sépia, aujourd'hui pâli, a été tracé après le collage des bandes latérales. Pour certaines villes (Pontoise, Gournay), le quadrillage qui a permis une reproduction exacte d'un dessin préalable est encore bien visible. Il n'y a pas de signature et les documents qui mentionnent l'existence de « veues » et de « figures » de la forêt ne disent pas à qui la commande a été faite.


Un plan pour une enquête sur les droits des propriétaires

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 10 J 1500 003.
Chaumont-en-Vexin.</p>

1541, ADVO, 10 J 1500 003. Chaumont-en-Vexin.

Ce plan a été dessiné dans le cadre des enquêtes sur les terres et les droits appartenant au domaine royal. Pour la forêt de Thelle, il y avait trois co-seigneurs dont les droits portaient tantôt sur des territoires bornés, ou étaient tantôt à percevoir sur l’ensemble de la forêt : il s’agissait du roi de France en tant que seigneur du comté de Chaumont-en-Vexin, de la dame de Trie-Château, qui était alors Jacqueline d’Estouteville, et du seigneur de Jouy-en-Thelle, Charles Pellevé, en tant que seigneur du fief de la Tour-au-Bègue à Chaumont. Le plan définit clairement entre autres les limites de la voirie (droit de justice) du seigneur de la Tour-de-Bègue.

Des lettres patentes de François Ier datées du 1er avril 1541 font état d’une procédure d’enquête et de réformation sur les droits du roi et des différents seigneurs et propriétaires de la forêt de Thelle « desquelles limites a été fait veue par notre dict procureur avec les treffonciers de la dicte forêt ou la plupart d’iceux et iceulx limites figurées » [Archives départementales du Val-d’Oise, cote 1500 1], et dès le 2 juin 1540, Pierre Hotman, lieutenant général du grand maître enquêteur et général réformateur des eaux et forêts du royaume procédait à la « collation et au récolement de la figure universelle de la forêt de Thelle sur les originaux d’icelle » [Archives départementales du Val-d’Oise, cote 1500 1].


Une mine d'informations sur la forêt et sur l'habitat

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 10 J 1500 003.
Défrichement autour de l’arbre des Quatre-Frères.
</p>

1541, ADVO, 10 J 1500 003. Défrichement autour de l’arbre des Quatre-Frères.

Le document est riche d’informations sur la configuration de la forêt, les importants défrichements déjà effectués ou en cours, le gain des labours de la forêt (les documents contemporains font état de vente de 30 ou 70 arpents, partie de haute futaie, partie de bois taillis et mention aussi de friches en « non-valeur à la suite de pratiques abusives), les villages et lieux-dits y compris les croix (la Croix ferrée), les arbres repères (l’Ormeteau de la forge, les Quatre-Frères). Le relevé de l’habitat semble minutieux, même pour les maisons isolées et les châteaux en ruine (Le Vieil Chasteau de La Boce : La Bosse). Mares et étangs sont aussi représentés parfois avec un cygne qui nage majestueusement. Les moulins sont également notés et il arrive que la vanne soit dessinée.

La forêt est nettement située entre Gisors, Trie-Château, Trie-la-Ville au sud-ouest, Jouy-en-Thelle à l’ouest, Chaumont au sud, Ons-en-Bray au nord. Autour du plan, sont représentées, hors échelle, les villes qui ont une influence institutionnelle ou économique sur la région : celles de la vallée de la Somme au nord, de la Seine au sud, de l’Oise à l’est, de l’Epte à l’ouest et les ports de Rouen et Dieppe avec des profils bien reconnaissables.


Un dessinateur minutieux

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 1500 003.
Paris.</p>

1541, ADVO, 1500 003. Paris.

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 1500 003.
Meulan.</p>

1541, ADVO, 1500 003. Meulan.

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 1500 003.
Beauvais.</p>

1541, ADVO, 1500 003. Beauvais.

Affichage plein écran Plan de la forêt de Thelle. Détail. - <p class="description">1541, ADVO, 10 J 1500 003.
Pontoise.</p>

1541, ADVO, 10 J 1500 003. Pontoise.

Le dessinateur a privilégié à chaque fois quelque monuments ou éléments géographiques essentiels : pour Paris, l’île de la Cité avec le Palais de Justice, la Sainte-Chapelle, Notre-Dame, et sur la rive droite, le Louvre où François Ier n’a pas encore commencé les travaux de la Cour carrée, au nord le groupe de l’hôtel des Tournelles et de la Bastille, et à l’ouest la porte Saint-Honoré. Pour Beauvais, la cathédrale, les tours du palais épiscopal et un moulin sur le Thérain. Pour Pontoise, la succession des églises sur l’acropole de Saint-Pierre à Sant-Maclou, et Notre-Dame hors des remparts, avec le moulin Bucherel au confluent de l’Oise et de la Viosne, pour Meulan les tours et le prieuré, pour Gisors la collégiale et le château fort, etc.

Rouen, Gournay, Eu, Dieppe, Abbeville, Amiens, Corbie constituent autant de vignettes d’une iconographie inédite. Les différents types de bateaux navigant sur les rivières sont aussi figurés, avec un navire de haut bord à Abbeville à l’embouchure de la Somme.


Un document dans les archives de la seigneurie de La Roche-Guyon (Val-d'Oise)

Louvois acheta la seigneurie de la Tour-au-Bègue à Chaumont et la légua à sa fille Marie-Madeleine Le Tellier, qui avait épousé François VIII de La Rochefoucauld, duc de La Roche-Guyon. C’est ainsi que ce plan exceptionnel avec divers titres concernant la Tour-au-Bègue a été conservé dans les archives du château et a été donné aux Archives départementales avec l’ensemble du chartrier.

Nicole Leroy, directrice des Archives départementales (1967-1998), aujourd'hui décédée.
Aspects méconnus de la Renaissance, Somogy, Musée archéologique du Val-d’Oise, 1998, p. 44-49.