Lecture d'archives

Une vidéo de 2.45 mn - 3 août 1914 : "Mes chers concitoyens..."

Le 3 août 1914, Albin Labrousse, maire de Villiers-Adam, est retenu à Paris pour y remplir ses fonctions de chef-adjoint du cabinet du Président du Sénat. Il n'oublie pas pour autant ses administrés et leur fait parvenir une lettre ouverte, dans laquelle il les encourage à faire front contre "le Germain brutal", avec vaillance et confiance.

Val-d'Oise News : l'actualité vidéo du Conseil général

 

Paris le 3 Août 1914

 Mes chers Concitoyens,

    Obligé de rester à Paris auprès de Mr le Président du Sénat que je ne puis quitter dans ces heures si graves et si remplies, au moment même où vont se réunir les Chambres, j’ai la douleur de ne pouvoir me trouver à Villiers-Adam au milieu de vous.

    Je m’y rendrai aussitôt que je le pourrai. J’ai hâte de vous voir, de vous féliciter de l’attitude admirable que vous avez eue au moment de la mobilisation, du sang froid que vous avez tous montré et d’applaudir aussi à l’esprit d’organisation et de prévoyance de votre conseil municipal, qui a tout fait et fera tout pour assurer le nécessaire.

    En attendant d’aller sur place je me tiens chaque jour, par téléphone en communication avec vos représentants et soyez assurés que d’accord avec eux je prendrai toutes les mesures que comporte la situation.

    Mes amis, ---- Hypocritement, sournoisement, attaqué par l’Allemagne qui veut nous détruire comme nation, le peuple Français s’est levé comme un seul homme et a fait front à l’ennemi héréditaire, au Germain brutal, sans honneur et sans foi, qui s’est jeté sur nous comme une bête fauve. Nous avons tous le sentiment qu’il y a une question de vie ou de mort pour nous. Nous sommes décidés à vaincre. Nous vaincrons. La France éternelle voulant la paix. On lui impose la guerre. Elle montrera qu’elle n’a pas dégénéré, que son peuple est le plus vaillant de la terre, que ses soldats actuels sont les dignes descendants de ceux qui ont vaincu la Prusse, à Iéna et sur tant et tant d’autres champs de bataille.

    L’heure de la revanche a sonné. Appuyés sur la Russie, l’Angleterre et la Serbie, nous allons broyer l’Allemagne.
    Alors seulement l’Europe pourra vivre en paix.

                                        Amis,

Courage et confiance !
                             Une éclatante victoire est au bout de nos efforts
    Vive la France notre mère.
           Vive la Patrie, et jurons tous de faire simplement, mais énergiquement tout ce que le pays attend de nous.

   A. Labrousse
 Maire de Villiers-Adam
                      Chef adjoint du Cabinet du Président du Sénat.

 

Cote : ADVO E-DEPOT75 4H2.



haut de page