Actualités Offre culturelle Jeux En coulisses En salle de lecture Vivre entre le front et Paris : la Grande Guerre dans l'actuel Val-d'Oise Espace étudiants Ressources en ligne Connaître ma commune Boîte à outils Demandes de documents administratifs (payantes) Inventaire du patrimoine Au fil des fonds Mon classeur Je travaille en commune Je suis un notaire Je suis une administration Je suis un particulier, une association, une entreprise Informations générales Ateliers pédagogiques Pistes de recherche locale Concours national de la Résistance et de la Déportation Résidence artistique, concours, festival Formations

Des bienfaits du dépoussiérage des archives

Le dépoussiérage constitue un enjeu majeur pour optimiser la conservation et la consultation des documents d’archives ; sa mise en œuvre demande la maîtrise de matériels et de procédures spécifiques. Au sein des Archives départementales du Val-d’Oise, c’est une des missions de la cellule logistique, dirigée par Thibaut Balanger depuis sa mise en place en 2016.


Pourquoi est-il important de dépoussiérer les documents d’archives ?

Affichage plein écran Un archiviste dans un magasin de stockage. - <p class="description">2019, cl. R. Chapeau, ADVO.</p>

2019, cl. R. Chapeau, ADVO.

T. B. : « Il s’agit d’abord d’une démarche de conservation préventive. La poussière est propice au développement des moisissures, qui peuvent entraîner la destruction partielle voire totale des documents contaminés. Le Service interministériel des Archives de France préconise ainsi le traitement systématique des documents désinfectés, afin d’éviter une réactivation.
Par ailleurs, que ce soit pour le lecteur ou pour l’archiviste, il est plus agréable de consulter des documents propres ! »


Qui signale les documents à dépoussiérer ?

Affichage plein écran Un chiffon ayant essuyé un document. - <p class="description">2019, cl. R. Chapeau, ADVO.</p>

2019, cl. R. Chapeau, ADVO.

T. B. : « La cellule logistique procédant également à la collecte des archives, elle est en première ligne pour repérer les documents empoussiérés. Les agents chargés du classement des fonds peuvent aussi nous alerter et leur demande est alors inscrite dans notre programmation. Le dépoussiérage des collections concerne tous les fonds : archives anciennes, modernes, contemporaines, privées, communales… ».


Comment s’organise la cellule logistique pour effectuer cette tâche ?

T. B. : « Nous avons un local réservé à cet usage, équipé de 43 mètres linéaires de rayonnages. Actuellement, la cellule logistique compte quatre personnes, dont trois se relaient sur la mission. Il a été décidé que chaque agent y consacrerait en moyenne une demi-journée hebdomadaire, car il s’agit d’un travail plutôt physique, avec généralement une station debout prolongée. On peut rencontrer des difficultés liées au format des documents à traiter, parfois lourds ou volumineux, ou encore au bruit, en cas d’utilisation d’un aspirateur. 
A titre d’exemple, à raison d’une demi-journée par semaine, il a fallu presqu’un an pour traiter le fonds des hypothèques de Pontoise [An VII-1900] (cote 4Q2), constitué de 475 volumes, soit 36 mètres linéaires, conditionnement en boîtes neutres et nettoyage des étagères en magasin compris. Ce long travail a été payant, puisque nous avons eu plusieurs retours positifs de la part de nos usagers ! »


Concrètement, de quel matériel disposez-vous ?

Affichage plein écran Un archiviste en train de dépoussiérer un registre. - <p class="description">2019, cl. R. Chapeau, ADVO.</p>

2019, cl. R. Chapeau, ADVO.

T. B. : « Pour leur protection et leur sécurité, les agents ont à leur disposition gants, masques, lunettes de protection, blouses, combinaisons intégrales et casques anti-bruit. Pour traiter les archives, ils utilisent pinceaux, chiffons en microfibres, aspirateur à variateur de puissance avec filtre. Tous ces outils répondent à des normes et doivent être nettoyés régulièrement à l’aide de produits anti-fongiques et sporicides, eux-mêmes normalisés et aussi utilisés pour nettoyer et désinfecter les tablettes dans les magasins ».


Dépoussiérer des archives demande donc une certaine technicité…

T. B. : « Absolument. Il faut savoir qu’un dépoussiérage réalisé avec des gestes non maîtrisés peut engendrer des déchirures des papiers traités, voire leur destruction, ou encore répandre des moisissures actives… Depuis la création de la cellule logistique, nous avons beaucoup évolué dans notre pratique. Un des agents a suivi une formation relative à la désinfection des documents, dans laquelle les questions de dépoussiérage ont été largement abordées. Le cas échéant, nous pouvons désormais conseiller des services institutionnels sur le sujet. Nous poursuivons notre réflexion au quotidien, dans le but d’accroître notre efficacité et de gagner en technicité ».


Propos recueillis par Roselyne Chapeau, Service des archives communales et de l'inventaire du patrimoine
Direction des Archives départementales
Décembre 2019