Thème - Vie religieuse

On a coupé Jésus-Christ en deux ! Une charte exceptionnelle par sa symbolique

Reconstitution photographique des deux moitiés du chirographe,
Archives nationales, pole image, AE-II-181-2-parties.

Moitié du chirographe conservé aux Archives départementales du Val-d'Oise, 1177, ADVO, 9H81/1 (5).

Moitié du chirographe conservé aux Archives nationales,
1177, Archives nationales, pole image, AE-II-181.

Pochette en parchemin attachée au chirographe,
1177, ADVO, 9H81/1 (5).

Seconde pochette en parchemin attachée au chirographe,
1177, ADVO, 9H81/1 (5).

Une moitié conservée aux Archives départementales…

En 1177, une charte confirme un échange de terres entre Mathieu III, comte de Beaumont-sur-Oise, accompagnée de sa femme Eléonore, comtesse de Vermandois, et l’abbaye bénédictine de Saint-Martin de Pontoise, représentée par l’abbé Geoffroy. Le texte, écrit en latin, atteste un échange foncier mais aussi l’octroi aux moines des privilèges de justice et de gîte, c'est-à-dire le droit de se fournir à dîner et à coucher, sans frais, au jour déterminé par la coutume.

Elle se singularise toutefois par une mystérieuse moitié du Christ. Sur la partie supérieure du parchemin, l’on voit en effet le côté droit du Christ sur sa croix. Des côtes s’échappe un mince filet de sang. Sur la partie inférieure du document, subsistent les pochettes en parchemin, destinées à protéger les sceaux appendus, mais qui ont disparu. 

… l’autre aux Archives nationales (cote AE/II/181, anciennement J 168 n° 2)

La partie gauche du Christ est parfaitement visible, avec deux sceaux complets mais très fragiles représentant, l'un le comte de Beaumont avec en contre-sceau sa femme, l'autre l'abbaye Saint-Martin de Pontoise avec en contre-sceau l’abbé Geoffroy.

Pierre Bureau, archiviste aux Archives nationales, a réuni par procédé photographique les deux parties et en a étudié toute les symboliques pendant près de vingt ans en les comparant avec des centaines d’autres documents de la même époque : chirographes, enluminures, vitraux…

Nous avons ici une magnifique image représentative d’une époque fortement imprégnée par la religion chrétienne. Le Christ légèrement déhanché, du plus pur style roman, est directement inspiré des vitraux, comme celui de la cathédrale de Poitiers, et des enluminures des missels et des sacramentaires. Cette image illustre aussi la piété notoire d’Eléonore de Vermandois et met en valeur l’idéal chrétien réunissant clercs et laïcs dans une dimension eucharistique qui s’ajoute à la fonction juridique et sociale de ce document.

La partie comportant le côté droit du Christ avait été remise à l’abbaye, la partie comportant le côté gauche au comte et à sa femme dont le chartrier a rejoint le Trésor des chartes des rois de France lors de l’intégration du comté de Beamont au royaume. Les deux moitiés ont alors suivi des destinées différentes ce qui explique leur conservation dans deux dépôts d'archives publiques  distincts.

Un chirographe unique en son genre

Ce type de document est un chirographe, appelé aussi « charte-partie ». Il est utilisé du XIe au XVe siècle, en vue de confirmer les accords bilatéraux entre deux parties qui souhaitent conserver une trace écrite d'un même texte. Pour les rendre infalsifiables, l’on produit ce qu’on appelle une devise chirographique, c’est à dire une ornementation sous forme de lettres, de signes, de dessins, jusqu’à devenir plus élaborée au XIIe siècle, comme ce Christ en croix. Le mot « CIRO GRAPHUM » est la devise la plus courante dans le nord de la France. Elle est écrite de part et d’autre du corps du Christ. La réunification des deux parties confirme l’authenticité du document.

Ce document est le seul connu à ce jour représentant le Christ en croix encadré de la devise « CIRO GRAPHUM ».

Sylvie Dechavanne, Service des Publics
Patrick Lapalu, Service des Archives anciennes, modernes et privées
Archives départementales du Val-d’Oise
Février 2015

Le sujet vous intéresse ?

Bibliographie

Bureau, Pierre, Couper le corps du Christ en deux, sens et fonctions symboliques d’un chirographe figuré du XIIe siècle. Paris, Le Léopard d’or, 2012, 118 p.  [BIB 8/5819]

Depoin, Joseph, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise. Chartrier de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise publié d’après les documents inédits. Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, 1895-1911, 494 p. [BIB 4/42 à 44]

Douet-d’Arcq L., Recherches historiques et critiques sur les anciens comtes de Beaumont-sur-Oise du XIe au XIIIe siècle, avec une carte du comté. Amiens, Imp. De Duval et Herment, 1855, 275 p. [BIB 4/463]

Pegeon Annick, L’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, le temporel au Moyen-âge (du XIe au XIVe siècle). Pontoise, Société historique et archéologique de Pontoise, 1995, 218 p. [BIB 8/3545]

Théaud, Solenne, Les sceaux du chartrier de l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise du XIe au XIIIe siècle. Mémoire de DEA, Paris X-Nanterre, sous direction de Colette Beaune, 2001-2002, 48 p. [BIB D1737]

Sitographie

Base ARCHIM.

Voir toutes les images (5)