Actualités Offre culturelle Jeux En coulisses En salle de lecture Vivre entre le front et Paris : la Grande Guerre dans l'actuel Val-d'Oise Espace étudiants Ressources en ligne Connaître ma commune Boîte à outils Demandes de documents administratifs (payantes) Inventaire du patrimoine Au fil des fonds Mon classeur Je travaille en commune Je suis un notaire Je suis une administration Je suis un particulier, une association, une entreprise Informations générales Ateliers pédagogiques Pistes de recherche locale Concours national de la Résistance et de la Déportation Résidence artistique, concours, festival Formations

Mai 68 dans le Val-d'Oise

Evénement, révolte, révolution, insurrection, mouvement ? Depuis 50 ans, les différentes visions et interprétations de ce qui s'est passé en mai-juin 1968 en France font débats. Mais que trouve-t-on  aujourd'hui aux Archives départementales du Val-d'Oise ? Assez peu de choses à vrai dire quand on se penche sur les fonds du Cabinet du préfet ou des services des Renseignements généraux. Quant à la presse locale et aux bulletins municipaux, ils mériteraient d’être dépouillés dans leur intégralité. Les études sociologiques et historiques, nombreuses et pour la plupart déjà anciennes, ne se sont pas intéressées à ce territoire, privilégiant l'analyse de Paris et de la petite couronne, et en province, des grandes villes de France. Quelles peuvent en être les raisons ?

Des raisons d'ordre territorial

Le département est alors majoritairement rural, faiblement peuplé et au réseau de voies de communication peu développé. La ville nouvelle comme l'aéroport de Roissy ne sont pas encore sortis de terre. L'économie reste essentiellement liée au secteur primaire avec des exploitations agricoles et des ateliers et entreprises pour la plupart de petites tailles. Seules les communes du sud-est commencent à concentrer la population venue de Paris ou de province, avec les grands ensembles en construction de Gonesse, Sarcelles, Villiers-le-Bel, ou des bidonvilles comme à Garges-lès-Gonesse. C'est aussi dans des villes telles qu'Argenteuil, Bezons, Persan-Beaumont que se trouvent les industries plus importantes qui emploient cette main-d'œuvre. Aucune université ou grande école n'est encore implantée.

Des raisons d'ordre administratif

La sous-préfecture à Pontoise vient tout juste d'être transformée en préfecture du nouveau département. Il est possible que des documents soient encore conservés aux Archives départementales des Yvelines, Versailles étant jusqu’alors la préfecture de la Seine-et-Oise.

Des raisons d'ordre archivistique

Seules les communes de moins de 2 000 habitants, par nature peu touchées par les événements de 1968, doivent déposer aux Archives départementales leurs documents anciens à valeur historique. Les autres en gardent la gestion : c’est donc auprès d’elles qu’il faudra rechercher d’éventuelles sources complémentaires.

La collecte d’archives privées (politiques, syndicales, associatives, économiques,…) susceptibles de donner un autre point de vue n’a en outre pas encore été faite. Avis aux généreux donateurs qui accepteraient d’enrichir la mémoire contemporaine de notre territoire.

Sylvie Dechavanne, Service des Publics
Archives départementales du Val-d'Oise
Mai 2018
 

Bibliographie

Capdevielle, Jacques, Mouriaux, René : Mai 68, l'entre-deux de la modernité, histoire de trente ans. Paris : Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1988, 317 p. [BIB 8/2696]



Mai 68 dans le Val-d'Oise

Bezons info, « Mai 68 : l’insurrection à Bezons »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 05/2008

ADVO, PER 24/25

Cet article, publié à l’occasion des 40 ans de mai 68, revient sur les semaines de grèves ouvrières dans la ville avec le témoignage de quelques habitants.


Bulletin municipal d’information, Ermont, « La municipalité prend des mesures »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 06/1968

2d trimestre 1968, ADVO, PER 24/65 

Afin d’aider les familles gênées financièrement par les grèves, certaines collectivités organisent la solidarité. La municipalité d’Ermont met en place un service de cantine gratuit, des bons d’alimentation voire si besoin des secours en espèce pour un montant global de plus de 10 000 Francs.


La Gazette des communes, « Editorial, Le climat social »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 24/01/1968

ADVO, PER 234/3, p. 50

Dans cette revue des collectivités, déjà en début d’année 1968, l'auteur écrit que les fonctionnaires portent des réclamations auprès du Conseil supérieur de la fonction publique sur les salaires et l’intéressement des salariés. Elles font suite aux procédures Toutée dont il est fait mention ici, sur les salaires, ont été mises en place au départ dans les quatre grandes entreprises nationalisées (SNCF, RATP, EDF-GDF, Charbonnages) suite aux nombreuses grèves de 1963. L’éditorial mentionne plus largement des difficultés économiques en France.


La Gazette des communes, « Editorial, Le climat social »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 26/03/1968

 ADVO, PER 234/3, p. 146

Si dans le secteur privé, il semble y avoir plusieurs signes de récession et d’emploi qui inquiètent, rien ne laisse encore présager un mouvement social chez les fonctionnaires d'après l'éditorialiste.


La Gazette des communes, « Editorial, Le climat social »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 23/04/1968

ADVO, PER 234/3, p. 212

L’inquiétude quant à l’emploi chez les jeunes est mise en avant. Elle serait une des conséquences de la politique du gouvernement. Un rapprochement des syndicats contestataires semble pourtant peu envisageable.


L'Echo d'Argenteuil, page Bezons, « Les employés communaux manifestent »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 10/05/1968

ADVO, PER 53/21

Cet article rapporte la mobilisation du 24 avril des employés municipaux de plusieurs communes du sud-est du département. La manifestation a eu lieu à Pontoise et les revendications portent sur les salaires, le temps de travail et la titularisation des agents sous contrat.


« A bas la répression »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 11/05/1968

ADVO, 2348W 61

Le Parti socialiste unifié (PSU) détaille dans ce tract au recto heure par heure les affrontements qui ont eu lieu entre manifestants, CRS et gendarmes mobiles toute la nuit du 10-11 mai lors de la manifestation qui défilait entre Denfert-Rochereau et le boulevard Saint-Michel à Paris. Il appelle les « Franciliens » à être solidaires. Au verso, le texte du communiqué de presse est plus concis et rappelle l’engagement du parti auprès des étudiants depuis le 3 mai.


« 13 mai 1958 - 13 mai 1968 »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 12/05/1968

ADVO, 2348W 61

Ce tract, distribué par la section de Goussainville du Parti communiste, a été remis au commissariat de Goussainville puis à la gendarmerie de Gonesse. Il appelle à la grève générale dans tous les secteurs, publics et privés. Les revendications nationales principales  sont : le chômage qui touche 400 000 personnes , les bas salaires (4 000 000 de personnes gagnent moins de 600 francs) et la réforme de l’université. Le titre insiste sur les dix ans de gouvernement du Général de Gaulle. Grèves, occupations de locaux et barricades vont se répandre dans toute la France.


« Grève générale, manifestation »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 13/05/1968

ADVO, 2348W 61

A l'appel de l'intersyndicale une journée de grève interprofessionnelle est lancée. A Paris elle ira des places de la République à Denfert-Rochereau. Il est prévu des cars pour emmener les manifestants de Gonesse, Goussainville et Le Thillay.

Cette manifestation marquera un tournant dans la contestation au niveau national : l’on passe de la grève étudiante, avec les incidents à Nanterre où l’université est fermée le 2 mai, et l’occupation de la Sorbonne et son évacuation musclée par les forces de l’ordre le 3 mai, à un mouvement plus large, social et national.


Le Régional du Nord de L'Ile-de-France - édition de Persan-Beaumont, « Les grévistes aux champs »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 16/05/1968

ADVO, PER 99/49 

Les grévistes n’ont pas tous défilé à Paris ou dans les autres villes. Il semble que nombre d’entre eux aient préférer musarder à la campagne, ramassant le muguet dans les forêts de L’Isle-Adam et de Montmorency.


Situation d’ensemble

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 17/05/1968

ADVO, 2417W 01

C’est actuellement le premier rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, conservé aux Archives départementales du Val-d’Oise. 150 étudiants de Nanterre sont venus jusqu’à Bezons pour motiver les enseignants et les élèves d’un collège d’enseignement technique à s’associer au mouvement étudiant. Les établissements scolaires de ce secteur ainsi que celui d’Argenteuil semblent prêts à faire grève. Les entreprises industrielles, surtout les filiales de gros groupes sont déjà mobilisées. Une grève à l’appel de la CGT risque d’avoir lieu le 20 mai. Les réactions de la population ne sont pas détaillées par secteur géographique mais les chefs d’entreprises et les cadres sont inquiets.

Les manifestations du 18 mai rassembleront 1 à 2 millions de grévistes en France, celle du 21 mai peut-être 1 million en région parisienne, selon les sources.


Tract aux jeunes Français

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 22/05/1968

ADVO, 2348W 61

Les Comités pour la défense de la République ont été créés en 1958 à l'initiative de l'Union pour une nouvelle république (UNR), le parti gaulliste. Ils cherchent ici à fédérer les jeunes non-grévistes.


Manifestation enseignants, parents, élèves à Pontoise

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 23/05/1968

Fonds Lachèvre, ADVO, 29J 352

Les inquiétudes sur l’avenir des jeunes font descendre dans la rue les lycéens de Pontoise, leurs équipes éducatives et leurs parents.


L'Echo d'Enghien Montmorency et environs - informations de Sarcelles, « Transports de remplacement »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 23/05/1968

ADVO, PER 52/24 

Depuis le 20 mai, les autorités ont réquisitionné l'armée pour transporter Parisiens et banlieusards afin qu'ils puissent aller travailler, les transports en commun étant paralysés.


L'Echo d’Enghien-Montmorency et environs, « Par suite de la grève nous n’avons reçu aucun courrier cette semaine »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 23/05/1968

ADVO, PER 52/24 

Les services postaux sont toujours en grève. Le journal, qui n’a pas de visibilité sur la reprise de ceux-ci, s’excuse auprès de ses lecteurs et partenaires.


« Appel aux travailleurs et à la population »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 24/05/1968

ADVO, 2348W 61

Ce communiqué du bureau confédéral des cantons de Gonesse et Luzarches relaie au niveau local la protestation de la CGT contre la lenteur des autorités à prendre en compte les revendications.

De très nombreuses manifestations et blocages d’entreprises et de services publics ont lieu dans tout le pays.


Tract aux parents d’élèves

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 24/05/1968

ADVO, 2348W 61

L’association des parents d’élèves et les enseignants du groupe scolaire Romain Rolland à Garges-lès-Gonesse sont invités à une réunion pour discuter des problèmes de l’école. Elle est organisée par les comités de défense de la République qui distribue des tracts à cette occasion. Ces comités, créés le 11 mai par des gaullistes, défendent le parti de l’ordre.


Edition spéciale de L’Humanité

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 25/05/1968

ADVO, 2348W 61

Sur un recto-verso, à la manière d’un tract, la déclaration du secrétaire général du Parti communiste français datée du 24 fait suite à l’allocution radiotélévisée du président de la République le même jour. Le Général de Gaulle vient d’annoncer un référendum pour le mois de juin sur les principaux sujets de mécontentement : l’université, les questions sociales et économiques.

Mais cela ne calme pas les grévistes. Le pays est bloqué, l'économie au ralenti, les travailleurs, les étudiants et les fonctionnaires sont toujours en grève. De très violentes manifestations ont lieu un peu partout en France.


Situation dans le Val-d’Oise, note du préfet au ministre de l'Intérieur

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 25/05/1968

ADVO, 2417W 01

Dans ce rapport confidentiel au ministre de l’Intérieur, le préfet revient sur la manifestation du 24 mai : manifestations dans les principales localités ; mouvement se durcissant dans le secteur d’Argenteuil-Bezons, mais déjà une reprise sur d’autres sites industriels sur l’ensemble du territoire. Côté services publics pas de suivi de la grève en préfecture et sous-préfectures mais dans les hôpitaux. Les organisations paysannes n’ont pas pris part au mouvement dans le département. La population, lassée semble-t-il, s’est moins mobilisée que pour la manifestation du 13 mai.


Le Régional du Nord de L'Ile-de-France - édition de Persan-Beaumont, « Grèves et occupations »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 25/05/1968

ADVO, PER 99/49

Cet article signé de l'union locale CGT d’Asnières-sur-Oise reprend les revendications générales. Il liste les entreprises et usines privées – Hutchison, Fonderie Malherbe,… – ou nationalisées – PTT, Banque de France, mairies… – occupées, en grève ou en débrayage dans ce secteur.


Edition spéciale de L’Humanité

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 27/05/1968

ADVO, 2348W 61

Les accords de Grenelle ont été négociés depuis le 25 mai. Mais tous les partis politiques et syndicats ne sont pas d'accord avec les engagements prévus. Un appel est lancé par le Parti communiste pour renforcer les manifestations et les occupations de locaux.


Situation dans le Val-d’Oise, note du Préfet au ministre de l’Intérieur

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 27/05/1968

ADVO, 2417W 01

 

Le préfet adresse au ministre de l’Intérieur un point à 17h : 70 entreprises de plus de 100 salariés sont en grève. Aucun incident n’est à déplorer. Les divers approvisionnements se font  normalement, exception faite du carburant ce qui pénalise la population. Celle-ci dans sa majorité ne soutient pas les grévistes et approuve les accords de la nuit précédente. Le préfet fait référence au tract de la veille distribué par L’Humanité et pointe des dissensions entre syndicats.

Ce même jour, un meeting rassemble plus de 30 000 personnes à l’appel de l’Union nationale des étduiants de France (UNEF), de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) et du Parti socialiste unifié (PSU) au stade Charléty à Paris.


Situation dans le Val-d’Oise, note du préfet au ministre de l’Intérieur

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 05/06/1968

ADVO, 2417W 01

Une note confidentielle du préfet au ministre de l’intérieur résume en trois points la situation : les grèves et occupations d’usines, l’économie, l’état d’esprit de l’opinion. Les entreprises importantes (notamment sur le secteur d’Argenteuil) n’ont pas encore amorcé la reprise, les quelques administrations qui avaient suivi le mouvement ont rouvert, les transports pas encore. La population semble avoir hâte de retrouver une vie normale. Elle ne s’intéresse pas encore aux prochaines élections législatives. C’est pourquoi des comités d’actions civiques se mettent en place pour les mobiliser.

Les élections auront lieu les 23 et 30 juin suivants suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le Général de Gaulle. La reprise progressive est générale en France.

 


Le Régional du Nord de l'Ile-de-France - édition de Persan-Beaumont – information à Chambly, « Le défilé des travailleurs »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 06/06/1968

ADVO, PER 99/49 

Ce court article revient sur le défilé de grévistes du 24 mai qui ont marché de Persan à Beaumont emmené par l'union locale de la CGT. Aucun débordement n'a été déploré. D’ailleurs dans l’ensemble des documents, les manifestations dans le département ont été pacifiques.


Situation le 6 juin 1968

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 06/06/1968

ADVO, 2417W 01

Ce rapport des Renseignements généraux fait un point sur la reprise progressive dans les services publics et les transports. Il liste les usines et le nombre de salariés reprenant le travail. Il écrit aussi que les hommes politiques sont déjà passés à autre chose : la préparation des législatives.


Le Régional du Nord de l'Ile-de-France - édition de Persan-Beaumont – information à L’Isle-Adam,« A L'Isle-Adam - Conséquences de la pénurie d'essence »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 06/06/1968

ADVO, PER 99/49

Sur un ton humoristique, l'article parle des bienfaits de cette pénurie sur la santé des habitants de L’Isle-Adam : retour au cyclisme, à la marche à tout âge, et calme appréciable dans la ville.


L’Avenir de l’Ile-de-France, « La vie sociale reprend dans le département »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 12/06/1968

ADVO, PER 10/219 

L’article fait un rapide point sur les reprises dans les mairies et les industries. Il s’attarde sur la reprise dans l’enseignement et la poste. Si aucun établissement n’a été réellement occupé, au lycée d’Etat de Pontoise, il règne encore une certaine confusion et une inquiétude à la veille du baccalauréat. Les grèves à la poste ont eu de graves conséquences sur la distribution du courrier : les mandats des personnes âgées et les paies des ouvriers, adressés par courrier à l’époque, n’ont pas été reçus.


L'Echo Le Régional – information à Goussainville, « Où allons-nous ? Où va la France ? »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 13/06/1968

ADVO, PER 52/24

L’auteur, libraire à Goussainville, exprime sans détour ses opinions politiques. S’il admet que certaines revendications pour améliorer la situation des grévistes sont à prendre en compte, il est farouchement contre les tentatives de certains extrémistes de créer le chaos. Les lois de la République doivent être appliquées et les élections être le moment pour s’exprimer démocratiquement.


L'Echo d'Argenteuil, « Lettre d'information des professeurs en grève »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 14/06/1968

ADVO, PER 52/24

Bien que la reprise soit largement amorcée en France à la mi-juin, les enseignants du lycée d’Enghien poursuivent le mouvement et en informent les parents par lettre dont la teneur est relayée par voix de presse.


L'Echo d'Argenteuil, « Difficultés pour monter dans les camions »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 14/06/1968

ADVO, PER 52/24 

Cet entrefilet, qui pourrait pa sser pour anecdotique, montre que mi-juin, les transports publics n’ont pas encore repris. A Ermont, les camions de l’armée sont toujours utilisés, même avec quelques difficultés.


La Gazette des communes, « Editorial – la révolution et ses causes »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 14/06/1968

ADVO, PER 234/3, p. 257-258

L’éditorialiste revient sur les semaines de contestations qui pour lui trouvent leurs fondements dans les inquiétudes de la société sur l’avenir, la liberté, la société de consommation et la technocratie. A l’origine pour lui la crise étudiantine est née d’erreur du gouvernement. Il pense que ces semaines de confilt laisseront des traces très longtemps dans la société.


La Gazette du Val-d’Oise, « Le combat continu »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 21/06/1968

ADVO, PER 70/1

Le Parti socialiste unifié revient sur son rôle actif dans le soutien aux étudiants et aux travailleurs tout au long du mois de mai. Il annonce la présence de candidats dans toutes les circonscriptions du Val-d’Oise.


La Gazette du Val-d’Oise, Position de la Ligue de l’enseignement

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 21/06/1968

ADVO, PER 70/1 

En cette période pré-électorale, la Ligue de l’enseignement insiste sur la nécessité de respecter la démocratie. Elle incite chacun à aller voter en connaissance de cause en ce qui concerne l’éducation et la réforme de l’université.


La Gazette des communes, « Editorial, Le climat social »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 01/07/1968

 ADVO, PER 234/3, p. 291

Le climat social s’est apaisé mais reste fragile. L’auteur pointe le fait que les situations personnelles de certains grévistes ont subi des revers du fait de la baisse de leurs ressources. Il s’interroge sur les conséquences de telles actions sur le long terme même s’il les trouve efficaces par ailleurs.


La Gazette des communes, « Editorial, Le climat social »

Mai 68 dans le Val-d'Oise le 27/08/1968

ADVO, PER 234/3, p. 337

Si les mois de juillet et août ont été plus calmes, cela ne veut pas dire que les avantages acquis vont être suffisants pour éteindre les revendications. D’autant que dans le même temps, les prix des produits de consommation courante, des services publics ont augmenté ; et de plus l’impôt sur le revenu va être revu sans doute pas au bénéfice des salariés.


Brochure de présentation de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise

Mai 68 dans le Val-d'Oise de 1969, à 1975

ADVO, 26J30 

Réminiscence de mai 68, ces dessins satiriques rappellent qu’il ait préférable qu’étudiants et CRS ne se croisent pas, ce qui sera évité dans les plans d'urbanisme de la ville nouvelle.


Afficher la frise