Le Val d'Oise en 5 décennies

Affichage plein écran
Affichage plein écran

La Révolution française structure de manière homogène le territoire national : c’est la naissance des départements en 1789-1790. Des assemblées, élues ou nommés selon les régimes politiques successifs sont mises en place pour les gérer: les conseils généraux, eux-mêmes placés sous la tutelle des préfets représentants du pouvoir central. Au fil du temps, les conseils généraux (rebaptisés départementaux en 2013) gagnent en autonomie et élargissent leurs compétences.

En Ile-de-France, les départements évoluent de manière singulière du fait du poids démographique et de la croissance urbaine générée par la proximité de la capitale. La volonté de rapprocher l’administration des citoyens se traduit par la scission en 1964 de deux des départements historiques (Seine et Seine-et-Oise) et la création de sept nouvelles entités (Paris, Yvelines, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Val-d’Oise). Après une phase de gestation et l’élection d’une nouvelle assemblée en septembre 1967 le département du Val-d'Oise, issu du démembrement de la Seine-et-Oise au nord, voit officiellement le jour le 1er janvier 1968.

Les compétences du conseil départemental du Val-d’Oise ont largement évolué en 50 ans au gré des réformes nationales. Son administration s’est professionnalisée et étoffée en conséquence.

La décentralisation marque un premier tournant. En 1982-1983 c’est la fin de la tutelle préfectorale et l’attribution du statut de collectivité territoriale de plein exercice : le conseil général règle désormais par ses délibérations les affaires du département et dispose seul de son budget. Il ajoute à ses missions originelles (voirie, gestion d’un patrimoine immobilier, actions sociales et de santé, éducation) de nouvelles responsabilités (archives, bibliothèque de prêt, transports scolaires, construction, aménagement, entretien des collèges,…). L’acte II de la décentralisation en  2004 conforte son rôle de chef de file social et s’accompagne du  transfert de la gestion des routes nationales et d’une partie des personnels des collèges.

La loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République) promulguée le 7 août 2015 parachève la décentralisation. Elle constitue un nouveau défi pour la collectivité et le territoire qu’elle anime : c’est la fin de la clause générale de compétence qui permettait jusqu’alors au Département de choisir ses champs d’intervention en allant au-delà de ses compétences obligatoires. La répartition des compétences entre communes, départements et régions a été revue par l'Etat. Pour autant, la culture, le sport, le tourisme, la promotion des langues régionales et de l’éducation populaire restent des compétences partagées, le département restant acteur essentiel de ces politiques. Le département est chef de file sur les missions de solidarité, d'actions sociales et de santé. Il est aussi chargé du développement du territoire et des infrastructures. Un nouvel équilibre est à construire avec la région Ile-de-France et les intercommunalités, notamment la métropole du Grand Paris créée en janvier 2016 dont les périmètres géographique et d'actions ne sont pas encore arrêtés par le gouvernement

Cette frise chronologique interactive vous invite à naviguer dans l’histoire des 50 dernières années du territoire valdoisien, un territoire qui ne cesse d’évoluer, et à découvrir les missions des directions du Conseil départemental au service des citoyens. Elle sera enrichit au fil des événements et des fonds d'archives collectés.

Juliette Epain, Service des publics
Archives départementales du Val-d'Oise
Juin 2018


Le Val d'Oise en 5 décennies